Pierre Porcher

 

(c) 2011 LumièreBro Productions

 

Résumé de l'interview

 

Pierre Porcher est né à Eyjaux, en Haute-Vienne, en 1924. En 1942, il souhaitait s'engager dans l'armée pour essayer de participer à "la restauration de la grandeur de la France après la débâcle de 1940" mais l'invasion de la Zone libre eut notamment pour conséquence la suppression des études préparatoires à l'entrée à l'École Supérieure Militaire de Saint-Cyr-Coëtquian, le projet fut donc abandonné. Peu de temps après, il apprit que le diplôme obtenu en fin d'études de HEC donnait une équivalence de classement suffisante pour entrer ultérieurement à St-Cyr. Il suivit donc les cours de HEC "en tenue camouflée" et obtint son diplôme.

 

25 août 1944, c'est la libération de Paris. Pierre Porcher avait rejoint la résistance et participa à ces journées historiques. Quand vint la fin de la guerre, il s'engage au sein du 2e bataillon de choc de la Première armée, il suit la formation du peloton d'élèves sous-officiers et devient sergent.

 

En novembre 1944, le sergent Porcher participe à la réduction de la Poche de Colmar, où il est blessé. Soins à l'hôpital de Blois, amputation d'un doigt et, sur son lit, il apprend qu'il est admis à St-Cyr.

 

1948, le lieutenant Porcher rejoint le 3e BCCP à Vannes-Meucon et part en Indochine à la tête d'une section d'infanterie. Dans ce bataillon, une compagnie était commandée par le capitaine Bigeard "mais je n'étais pas dans cette compagnie".

 

Le 1er octobre 1949, Bigeard met sur pied à Son-La le 3e bataillon thaï auprès duquel furent détachés un certain nombre de cadres parachutistes, dont le lt Porcher, qu'il prit comme adjoint.

 

1951, fin du premier séjour, Pierre Porcher retrouve son ancien patron à Vannes, au sein du Bataillon de passage que Bigeard avait été chargé de réorganiser. Porcher est nommé adjoint, une fois de plus. Mais l'administratif, ce n'est pas vraiment le "truc" de Bigeard et celui-ci obtient en septembre le commandement du 6e bataillon de parachutistes coloniaux à Saint-Brieuc, accompagné du lt Porcher, nommé officier adjoint, le C2 étant le capitaine Touret.

 

Départ pour un deuxième séjour en Indochine, où il suit le bataillon en opérations un certain temps avant de se voir confié le commandement de la base arrière à Hanoï comme successeur du lieutenant Bourgois, qui fut tué à Diên Biên Phu.

 

A son retour, il est affecté au 3e bureau de la BP à Bayonne, commandée par le colonel Gracieux. Un jour, il reçoit un télégramme : "J'ai besoin de toi, rejoins-moi au 3 en Algérie. Signé Bigeard". Porcher va voir son colonel et lui dit : "Mon colonel, je n'ai aucun ordre de mutation, je n'ai rien d'autre que ce télégramme ! - Cela ne fait rien, il a besoin de toi, tu pars", se vit-il répondre. Au 3, il fut à la fois l'adjoint du Patron et le commandant de la base arrière de soutien (compagnie de commandement) en alternance avec Jacques Allaire.

 

Après l'Algérie, mutation dans un régiment interarmes à Bobo-Dioulasso au Burkina Faso en tant qu'adjoint opérationnel du C2.

 

Quand Marcel Bigeard fut nommé commandant des Forces françaises du sud de l'océan indien en 1971 à Madagascar, Perre Porcher y avait été muté pour prendre le commandement d'une unité malgache qu'il conserva assez longtemps après la Révolution sur l'ordre du Général Ramanantsoa, quand les Français partirent pour La Réunion en 1973.

 

De retour en France, le colonel Porcher est affecté à Lille comme chef du 3e Bureau (Opérations). "Cela fait un drôle d'effet, quand on est sous les tropiques, d'apprendre qu'on va aller à Lille".

 

Deux ans après, mutation à Fort de France comme adjoint au Commandant supérieur des Forces armées aux Antilles.

 

Puis retour en France métropolitaire et affectation en 1979 à la 31e division militaire territoriale, "adjoint d'un général qui ne commandait rien" pour les deux ans qui lui restaient à faire avant sa mise à la retraite, atteint par la limite d'âge.

 

Nommé général en 2e section en 1981, Pierre Porcher eut la chance de se voir nommé à la tête d'une division de réserve nouvellement créée à Dinan (dépendante de la 2e division d'infanterie de marine basée à St-Malo), qu'il dirigea pendant quatre ans.

 

Le général Porcher a été nommé Grand officier de la Légion d'honneur le 14 novembre 2014.

 

crédit photo (c) Ouest-France

 

Pierre Porcher est décédé le 18 mai 2019.

 

 

[retour à la boutique]