Gérard Masbourian

 

(c) 2011 LumièreBro Productions

 

Gérard Masbourian est né le 2 janvier 1917.

 

Départ pour le service militaire à Orléans au 8e Chasseurs à cheval en février 1937.

Fait prisonnier le 24 juin 1940 en Meurthe et Moselle, "les armes à la main et le cheval sous les fesses".

Séjour dans un camp à Nancy en novembre, puis convoyage des chevaux du régiment en Allemagne jusqu'au camp 17/B en Autriche, "un camp de 130 000 personnes". Puis départ à Limbourg, Allemagne, au stalag 12/A.

 

Première évasion "avec un camarade cinéaste", ils sont repris.

 

Récit de l'évasion avec Marcel Bigeard

 

Deuxième évasion avec deux camarades. Mais Gérard Masbourian se rendit aux Allemands pour sauver l'un de ses compagnons qui était en trop mauvaise santé pour continuer. "Marcel Bigeard était là, il vient me voir du fait de ma réputation et me dit qu'il aimerait bien tenter le coup avec moi. Je te trouve un peu maigre, lui ai-je répondu". Les deux hommes sont affectés à un "commando de prisonniers" et envoyés chez des "patrons" chez qui ils font les 3 x 8. Le jour de l'évasion (prévu pour une date autour du 11 novembre "pour se porter chance"), au moment du changement d'équipe à 20 heures, Bigeard "était chargé de voler des vélos". Tous les prisonniers devaient prendre une douche obligatoire au changement de quart. Les vélos volés furent déposés contre le mur du baraquement de douches où ils étaient restés cachés et, à 4h du matin ce 11 novembre 1941, ils sortirent par une fenêtre et quittèrent la zone à bicyclette, direction la frontière luxembourgeoise.

 

cliquer sur l'image pour l'agrandir

 

Après une semaine de déplacement, arrivée près de Coblence où ils avaient prévu de traverser le Rhin. Passage du pont qui "ouvrait à 8 heures du matin" et direction Trèves où ils durent abandonner leurs vélos, "Marcel avait cassé une pédale de sa bicyclette", puis c'est l'arrivée face à la ville luxembourgeoise de Wasserbillig où ils purent traverser la Sûre sur le pont ferroviaire "pendant que l'unique sentinelle allemande dormait dans sa guérite" et quitter ainsi l'Allemagne pour toujours.

 

 

Prochaine étape, Longwy, en France, où les deux évadés furent pris en charge par la Résistance (nourriture, faux papiers, vêtements).

 

Libres !

 

Ensuite, ils prirent le train jusqu'à Toul, où ils se retrouvèrent tous chez les Bigeard, où "ils tuèrent le cochon" et y restèrent une petite semaine. La dernière étape fut le passage de la ligne de démarcation en train à Lons-le-Saulnier, puis Lyon, puis Nice où Gaby, sa future épouse, vint les rejoindre deux mois après.

 

Marcel Bigeard, Gaby, Gérard Masbourian et son frère sur la promenade des Anglais à Nice.

 

En janvier 1942, Gérard Masbourian fut le témoin de mariage de Gaby et Marcel Bigeard à Nice.

 

archives Masbourian

 

Après la guerre, Gérard Masbourian s'engage et rejoint l'Algérie où il débarque à Bône pour venir saluer son vieil ami qui commandait le 3e RPC.

 

 

Le 28 mai 1994, il est invité par Frédéric Mitterrand à l'émission "C'est votre vie" consacrée à Marcel Bigeard. Retrouvailles émouvantes, soixante-neuf ans d'amitié !

 

Gérard Masbourian, Médaillé militaire, Chevalier dans l'ordre national du Mérite, Croix de guerre, Médaillé des Evadés de guerre avec Croix de guerre et citation, est décédé le 14 juillet 2014.

 

 

[retour à la boutique]