Jacques Allaire

 

(c) 2011 LumièreBro Productions

 

Texte (c) Généanet

 

Jacques Allaire est né le 8 mars 1924 à Paris (10e). Engagé le 8 août 1944 au 1er Bataillon FFI de la Sarthe, Jacques Allaire opte pour l'armée coloniale dès le 1er octobre de la même année. Volontaire pour servir en Extrême-Orient à la fin de la campagne de France, il débarque à Saïgon avec les premiers éléments du Corps expéditionnaire au mois de novembre 1945. Rapatrié sanitaire en 1947, il repart en Indochine peu de temps après dans les rangs du 2ème Bataillon de Parachutistes Coloniaux S.A.S. De retour en France en janvier 1950, après 25 mois de séjour, il quitte l'armée et reprend son métier de libraire à Paris.


La guerre d'Indochine se poursuivant, il se porte une troisième fois volontaire. Aérotransporté à Na San en janvier 1953, il est versé au 5e Bataillon de Parachutistes Coloniaux. Quelques mois plus tard, affecté au 6e BPC du commandant Bigeard, il saute à deux reprises sur Diên Biên Phu. Une première fois le 20 novembre 1953 dans le cadre de l'opération "Castor" et la seconde le 16 mars 1954 en renfort de la garnison assiégée.
 

Nommé lieutenant d'active pendant la bataille, il est fait prisonnier le 7 mai à la chute du camp retranché. Libéré en septembre 1954, il rentre en France. Il est désigné comme officier adjoint du colonel commandant la Brigade de Parachutistes Coloniaux à Bayonne en février 1955. Début 1956, il prend le commandement de la CCS opérationnelle du 3e RPC en Algérie, commandé par le lieutenant-colonel Bigeard.


Au retour de Chypre en 1957, il participe à la 1ère bataille d'Alger, puis, inscrit au tour de départ pour servir Outre-mer, il rejoint le 7e RPC à Dakar. Il abrège son séjour en Afrique Noire pour retourner en Algérie où il prend le commandement de la 3e compagnie du 8e RPIMa en 1960.


Il rentre en Métropole en 1961. Ecarté des troupes aéroportées en raison de sa participation au putsch, il est versé, sur sa demande, dans l'Aviation Légère de l'Armée de Terre. Après un bref passage à l'état-major de l'ALAT en région parisienne en 1963, il est désigné pour servir à Madagascar. Suite à la déflation des effectifs stationnés sur l'île, il est versé au 3e Groupe d'Aviation Légère de l'Armée de Terre à Baden-Baden en 1965.


Détaché à l'état-major du général Massu, commandant la 1ère Armée, il quitte les FFA pour prendre le poste de chef d'état-major et responsable des unités parachutistes du 1er Régiment Inter-Armes d'Outre-mer à Dakar. En 1970, il retrouve le 8e RPIMa à Castres. Sa mission est de mettre ce régiment d'engagés sur pied pour lui permettre d'intervenir au Tchad où les appelés ne peuvent servir.


Accidenté au saut et classé inapte TAP, après un court séjour comme instructeur combat à l'école des Fusiliers Marins de Lorient et un passage à la 2e Division Militaire en Ile de France, il est désigné pour servir au Dahomey (aujourd'hui le Bénin) où il occupe le poste de Conseiller au cabinet du Président de la République, Ministre de la Défense Nationale et de Chef du Bureau d'Aide Militaire.


Jacques Allaire quitte l'armée en 1974 et reprend une carrière civile dans l'édition à Paris, puis à la Chambre de Commerce et d'Industrie de Blois jusqu'en 1984 où il cessera toute activité professionnelle.
 

Commandeur de la Légion d'Honneur, le Colonel Allaire est diplômé militaire supérieur, membre de la Société des Auteurs et Compositeurs, secrétaire des Ecrivains Combattants, ex rédacteur en chef de la revue "Debout les Paras", correspondant de "Béret Rouge" et cofondateur de la revue "Allo Ancre, ici Dragon" en 1947.

 

 

[retour à la boutique]